Vous êtes ici : Accueil » Mon quotidien » Vie pratique » Environnement
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Environnement

Services Espaces Verts et Propreté

Le Service Espaces Verts est composé de 21 personnes qui ont pour mission l’entretien et la valorisation des espaces publics.

Le service Propreté, quant à lui, a pour mission essentielle d’assurer le nettoyage de l’ensemble de la ville (rues, trottoirs, cours d’écoles, jardins publics, corbeilles de propreté, caninettes…). Ce service est équipé de trois balayeuses (3 m³ et 2 m³) qui parcourent quotidiennement les 55 kilomètres de voiries selon des itinéraires prédéfinis.

Le service Espaces Verts a pour mission première d’assurer l’entretien de l’ensemble des espaces verts soit 75 Hectares, mais aussi des espaces arborés avec 600 arbres d’alignements, des cimetières, des parcs de la ville et des espaces de jeux.

Le service Espaces Verts réalise également la conception et la réalisation de l’ensemble du fleurissement de la Ville qui se répartissent de la manière suivante :

  • 1500 m² de massifs fleuris en pleine terre
  • 300 jardinières, bacs et suspensions

 

Ville Fleurie

Ville Fleurie

La Ville de Bolbec met le végétal à l’honneur. Fleurs et plantes embellissent notre cadre de vie et colorent notre environnement urbain.

Villes fleuries est un label au service de notre qualité de vie.

Riche de presque 60 ans d’histoire, le label des villes et villages fleuris mobilise près d’un tiers des communes françaises, plus de 4 700 d’entre elles sont labellisées. Evoluant avec les attentes des citoyens, le label s’engage aujourd’hui sur des enjeux tels que l’amélioration du cadre de vie, le développement de l’économie locale, l’attractivité touristique, le respect de l’environnement (Zero phyto), la préservation du lien social et surtout la place du végétal dans l’aménagement des espaces publics.

Depuis très longtemps, la ville de Bolbec mène une politique poussée sur le fleurissement afin d’améliorer son cadre de vie. C’est en 1920 que les premières serres ont été mise en place afin de produire du plant en interne.

D’année en année, la collectivité a amélioré son fleurissement afin d’obtenir :

  • Première fleur en 1996
  • Deuxième fleur en 1998
  • Troisième fleur en 2000

Depuis les années 2000, la collectivité concourt tous les ans aux « Villes et villages fleuris » afin de conserver sa troisième fleur qui est un gage de qualité du cadre de vie.

 

Zéro phyto

Zero Phyto

Pour les habitants, pour les agents en contact avec des produits phytosanitaires et pour la planète en général, la municipalité passe au Zero Phyto.

L’objectif Zéro Phyto a franchi deux étapes majeures au 1er janvier 2018, en application de la loi de transition énergétique du 18 août 2015 :

  • L’interdiction des produits phytosanitaires s’applique aux espaces publics.
  • Les distributeurs n’ont plus le droit de proposer ces mêmes produits en libre accès aux jardiniers amateurs.

Depuis le 1er janvier, l’entretien des espaces publics passe par d’autres moyens que les produits phytopharmaceutiques. Cette disposition de l’article 68 de la loi de transition énergétique s’impose à l’Etat, aux collectivités locales et aux établissements publics. Elle s’applique aux espaces verts, aux promenades, aux forêts et à la voirie. La loi de transition énergétique a accéléré le processus prévu par celle du 6 février 2014, dite Loi Labbé, qui fixait l’échéance à 2020.

Certes, l’application du zéro phyto à la voirie souffre de dérogations importantes. L’alinéa II de l’article 68 en détaille les motifs : « pour l’entretien des voiries dans les zones étroites, difficiles d’accès, telles que les bretelles, échangeurs, terre-pleins centraux et ouvrages, dans la mesure où leur interdiction ne peut être envisagée pour des raisons de sécurité des personnels chargés de l’entretien et de l’exploitation ou des usages de la route, ou entraîne des sujétions disproportionnées sur l’exploitation routière ».

Les jardiniers amateurs peuvent encore utiliser et acheter le fameux Round-up de Monsanto ou ses équivalents, mais ils doivent se plier également à de nouvelles règles du jeu depuis le 1er janvier 2018 : « Les produits phytopharmaceutiques ne peuvent être cédés directement en libre-service à des utilisateurs non professionnels », précise l’alinéa V de l’article 68 de la loi de transition énergétique. Cette accessibilité limitée aux arrière-boutiques ouvre une période transitoire qui s’achèvera en 2019. Au-delà de cette date, l’interdiction s’appliquera à la détention des pesticides par les particuliers.

Le passage au zéro pesticide est certes un défi pour les collectivités, mais avant tout l’opportunité de proposer une nouvelle conception de la nature en ville, celle d’une matrice verte, riche de biodiversité et bénéfique à tous.

Il existe aujourd’hui différentes alternatives à l’application des produits phytosanitaires :

  • La première consiste à mener une réflexion globale sur la conception et l’aménagement des nouveaux espaces publics en privilégiant le paillage ou le bâchage des sols plantés afin de limiter l’entretien.
  • La seconde concerne l’entretien des espaces plantés existants. En effet lors de la période d’élagage, la collectivité récupère l’ensemble des déchets de coupe afin de réaliser du broyas, celui-ci est par la suite mis en place dans les massifs.
  • Pour l’entretien des voiries, la collectivité utilise des balaies désherbeur monté sur des balayeuses afin d’éliminer les mauvaises herbes dans les caniveaux.
  • Pour l’entretien des trottoirs et autres espaces de type terrain stabilisé, différents matériels existent de type : Désherbeurs thermiques à flamme et à air chaud, Balayeuse mécanique de type Mosquito, Débrousailleuse thermique équipée de tête réciprocateur ou bien encore la Binette manuelle.

 

Agenda 21

L’Agenda 21 est un outil au service des acteurs d’un territoire, pour planifier des  projets, des actions destinés à favoriser l’épanouissement de ses habitants.

Celui de Bolbec s’insère dans l’Agenda 21 Caux Vallée de Seine développé par la Communauté de Commune dont la stratégie s’articule à partir des axes suivants :

  • Anticiper les nouveaux enjeux économiques afin de conforter et développer la vocation productive et industrielle du territoire.
  • Attirer et retenir les populations résidentes et de passage de toutes les générations.
  • L’exemplarité, de l’action des collectivités publiques pouvant servir de référence aux habitants.

Il présente 24 actions. Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’Agenda 21 en cliquant ici.